Le Café de la Plage, Captain Troy et Corail ont la joie de vous annoncer la venue sur mer de "Gros JeF". Encore en couveuse au chantier d'Antoine à Marigot, il sera prêt nous l'espérons pour sa remise à l'eau en novembre.

Comme quoi ! Habiter en travaillant au magasin sur un voilier de 36 pieds avec obligation de soulever la planche de surf pour ouvrir la glacière, enlever la trousse de soin du capitaine infirmier pour récupérer un ciré parce qu'il pleut vraiment une pluie tropicale, trouver un endroit adéquat pour poser son fourbis a du bon, il s'avère que notre mythique "Le Café de la Plage" est un peu juste pour nous (on vieilli aussi nous les marins).

En plus d'un Cac 40 catastrophique, la réception des résultats de 10 ans de placements de mon petit héritage me tourneboula : je ne peux rien acheter ni appart ni terrain, ni rien qui nous ferait un nouveau "fil à la patte". Nous entendons parler d'un sun odyssey échoué sur une caye mais laissons tomber l'affaire, le voilier est depuis un mois posé sur un plateau coralien, le propriétaire (un loueur) a récupéré tout ce qui était enlevable il ne reste donc plus qu'une coque vide, peut etre trouée et investir 5000 euros dans un dangereux renflouage ne nous tentait plus au bout de quelques jours. Mais...

En cherchant sur internet le prix d'un sun odyssey d'occasion Captain est tombé sur un Sun Magic 44 soit le grand frère du Sun Odyssey sur le bon coin visible à St Martin, "prévoir travaux de propreté". (hum hum)

gros JeF 2 098Waw la bête ! hors de l'eau ! coque impec, cockpit dégueu, interieur repoussant, pont encombré, tous les bouts à changer, mais mais mais ma-gni-fi-que. On est séduits le fourbis intérieur nous fait deviner que le propriétaire d'avant avant était grand, gros, diabétique... Antoine nous confirme et qu'en plus il a fait deux infarctus un AVC qu'il est resté hémiplégique puis s'en est sorti, qu'il a voulu aller au Vénézuela et s'est retrouvé à Santo Domingo car il n'avait plus la force de manoeuvrer son voilier. Les larmes aux yeux c'était son pote. Et un matin, il le retrouve là, sous le quai du chantier, noyé après avoir pris son dinghy pour regagner sa vendéenne qui était au mouillage. Sans doute une attaque ou il est tombé tout simplement. Plus la force pour nager. Pauvre petit père... Le nouveau propriétaire (Philippe) n'a rien fait en 6 mois sauf : arracher plafond et plancher. Un autre type s'étant chargé de piller ce qui était volable.

Sans trop réfléchir on retourne le bateau pour regarder partout, trouver du charme à ce tas de bordel, émus par ces marques de "l'autre". On trouve sous le voilier, la descente, deux cuves à eau, deux génois, un tourmentin, un tangon, un dinghy (en état ???) On rentre en Guadeloupe, le nouveau propriétaire qui nous a appelé quand nous étions sur place (pressé donc) nous donne rendez vous pour le soir même pour discuter. Captain attaque fort : "Euh ça fait combien de temps gros JeF 2 137que vous n'avez pas vu le bateau ? " Ben depuis le mois d'avril... Ok, on montre les photos, Philippe semble attéré, a peur qu'on s'en aille. "Quelle proposition ?" ... J'attaque "ou alors, on paie le chantier et ça fait ...". Tope là, leurs mains se serrent, le verre de pastis se renverse sur le petit ordinateur, on éponge, il n'a rien on rit, affaire scellée en 10 mn.

Le lendemain les papiers sont signés (hier donc), l'argent remis. Le nouveau nom apparaît comme une évidence : Bernard trouve Ti JeF (Jacques et François nos papas partis au ciel) et le Ti nous gêne trop galvaudé, JeF tout seul non, alors Daniel l'ancien propriétaire revient à notre mémoire , ce sera "Gros JeF".

Ce blog n'est pas pour autant terminé, Le Café de la Plage va encore nous donner joie et bonheur le temps que son petit frère soit prêt à prendre la mer. Mais c'est avec un gros pincement au coeur qu'on le verra partir ! Mais quel challenge encore ce Gros JeF...