DSC_0449Le lever de soleil est splendide. Il se lève sur cette île toute plate avec le bouquet de cocotiers qui dissimule l'hôtel, cette impression de plénitude nous envahit une fois de plus, nous nous sentons seuls au monde. C'est vraiment la vie qu'on a rêvé mais on voudrait vraiment ne nous consacrer qu'a visiter ces endroits préservés. On a bien sûr la panoplie écolo, on ne jette rien par dessus bord, on cuisine à l'eau de mer, on se lave à l'eau de mer. A Spanish Point, il y a sur le bord de plage un emplacement pour les poubelles qui déborde de sacs éventrés par les différents animaux de l'île. Nous préférons les laisser au fond des cales pour nous en débarrasser dans un endroit plus banal que cette merveilleuse Anse de Spanish.

DSC_0490

Nous avons envie de changer de mouillage et voudrions voir l'entrée de la lagune de Codrington, ou faire du surf, ou voir l'îlot du nord de l'île avec son hôtel à 2 bungalows ou quelque chose d'autre. Ce qui est appréciable dans notre façon de naviguer, c'est qu'on n'a aucune certitude sur l'endroit où on va jeter l'ancre pour la nuit. Les événements nous guident, l'un lance une idée, l'autre l'accepte ou suggère quelque chose de différent. L'entente entre nous est totale. Nous partons forts de notre expérience de la veille et du fond qui remonte, là il faut être DSC_0491très prudents, les épaves sortent de l'eau et les vagues déferlent. Bernard voit l'entrée de la passe de la lagune mais on reste la regarder de loin. Nous hésitons quand même car les vagues sont belles et on a un surf à bord (une "petite" planche de 7.2) avec laquelle je ne suis allée surfer qu'une seule fois. Trop dangereux une étrave de bateau sortant de l'eau sur la caye nous fait rester prudents pour cette fois ci. On voit une barque de pêcheurs au loin et on décide d'aller faire notre marché. "Hello do you have some lobsters ?" "Yes !" On s'approche et l'un des pêcheurs reste à bord pendant que l'autre plonge. Nous affalons les voiles et restons a balloter dans 13 mètres d'eau en attendant que le pêcheur remonte. On voit les bulles crever à la surface, il nous nargue car les langoustes DSC_0456sont juste sous notre bateau !!!! Encore faut-il descendre à 13 mètres. Nos deux pêcheurs sont embêtés car ils n'ont pas de balance. Ils nous passent une langouste à bord et nous disent de leur donner ce que nous voulons. Difficile tractatios ! On négocie deux langoustes pour 50 ec (dollars caribéens). Et on repart en arrondissant bien toutes les cayes. Compas de relèvement à l'oeil pour juger de l'endroit où on se trouve exactement car on n'a qu'une confiance limitée dans notre GPS qui est précis à 5 mètres (comme tous les GPS marine) et 5 mètres, ça peut être 1 de trop. La carte elle est précise et détaillée. On arrive tout doucement à Spanish Point, on enroule bien la pointe et navigons vraiment au milieu des coraux dans 4 mètres d'eau. On mouille un peu loin des deux DSC_0510autres bateaux à l'ancre pour être tranquille. Petit repas et sieste car la navigation bien que courte (7h) nous a bien stressés.

Nous sommes réveillés par le trop connu "hello !" puis devant notre silence, le "toc toc toc" sur la coque. On se dit "c'est pas vrai, il y a des boat boys ici aussi". (des jeunes ou moins jeunes venant proposer leurs services). Je vois nageant et s'éloignant une nageuse. Je l'appelle pensant qu'elle a besoin de quelque chose et elle me dit "Do you need help" (vous avez besoin d'aide) ? Ahurie, je me dis non pour faire la sieste je n'ai DSC_0512besoin de rien surtout pas de toc toc sur la coque. Bref, ces americains se croient partout nécessaires surtout dans les endroits desertiques.

Le soir venu nous prenons l'eau si limpide de cette baie pour faire bouillir les deux langoustes. L'eau est juste salée comme il faut et les langoustes cuites à point aussi. Une bouteille qui est sur le bateau depuis 2 mois déjà n'ira pas plus loin !